Ancienne Tour

Edifice emblématique de la localité, la tour de l’ancienne église de Saint-Léger démolie en 1913 est un exemple intéressant du style gothique primitif construit en calcaire au tournant des 12e et 13e siècles. Sa silhouette trapue renforcée par les parois marquées par un fruit et épaulées de contreforts, est contrebalancée par la flèche élancée, couverte d’ardoises. Elle est greffée d’un porche aménagé lors d’une campagne de restauration de l’église en 1843 et s’est vu adjoindre une annexe en 1950. Témoin de l’architecture scaldienne, oscillant entre roman et gothique, elle présente essentiellement un intérêt archéologique par les traces lisibles sur les différentes faces.

Au sommet du clocher, à la place d’un coq on retrouve une main. Celle-ci a donné son nom à « la cité de la Main ».

Mais quelle est donc l’origine de ce symbole ? Plusieurs hypothèses existent.

  • Selon la première explication, Robert de Béthune, comte de Flandre, n’accepta pas que le roi de France récupère les villes de la Flandre wallonne (Tournai, Mouscron, …) en 1319. De passage à Dottignies, alors flamande, il exigea qu’on retire le coq du clocher. Pour lui, ce symbole était trop français. Il le remplaça par une main tranchée. À l’époque, on tranchait les mains des voleurs. La main en haut du clocher représenterait dès lors le vol des terres par les Français.

 

  • Selon la deuxième hypothèse, des pillards sévirent dans la région au XVIIIe. Nicolas Liagre, un notable de Dottignies, fit un pacte avec eux pour qu’ils épargnent son village. Pour cela, il fallait remplacer le coq par une main. La main était en effet le symbole de la fraternité, chère aux révolutionnaires français.
X